Notre découverte de l’année dernière fut certainement le Terraforma Festival. Basé dans une forêt près de Milan, le festival expose depuis cinq ans une vision de la musique électronique éthique, durable et expérimentale à souhait. Il prône l’écoute en plein air comme une forme de relaxation et élévation spirituelle. Bref, Terraforma est un peu le cousin branché new age des festivals électroniques européens.

Et même quand il s’agit d’aftermovie, Terraforma voit les choses différemment. Une vidéo filmée en super 8 visionnant le site de la Villa, le jardin, le soundsystem et Donato Dozzy qui se réjouit de regarder son public danser. Une captation authentique et douce, qui nous rappelle les caresses d’un concert d’ambient sous les arbres au matin, l’été dernier.

Les premiers artistes annoncés pour l’édition 2019 impressionnent : la révolutionnaire des premières heures du synthétiseur Laurie Anderson présentera un show « The Language Of The Future”, entre performance musicale et étourdissement physique. La deuxième surprise est Mica Levi, productrice qu’on a vu aux côtés de Mount Kimbie sous le nom de Micachu et qui a aussi signé les BO d’Under the Skin et Jackie. Ses nappes angéliques qui imitent à perfection les émotions humaines en slowmotion lui ont valu un Oscar.

Deux grandes femmes pour inaugurer le line-up, c’est remarquable et l’on applaudit la démarche qui parle d’elle-même et ne s’accompagne d’aucune revendication. Trois autres artistes complètent le line-up, et l’on se dandine déjà sur le breakbeat parfait de DJ Stingray, le groove tropigrime de Bambounou, la folk psychédélique de Daniel Higgs et les poèmes électroniques de Caterina Barbieri.

La suite de la programmation est toujours aussi croustillante. On applaudit la collaboration entre Efdemin et Marco Shuttle, on se souvient encore du dernier album complètement dingue du premier signé sur Osgut Ton, et on imagine bien l’ampleur d’une fusion avec la touche contemplative de l’italien.

Terraforma n’oublie pas les artistes locaux discrets mais déjà en place, comme la résidente NTS Izabel, STILL qui a signé sur PAN recordings, ou encore Paquita Gordon, la vinyl-only selector qui en surprend plus d’un sur le dancefloor.

On se délectera pendant une pause énergie des paysages sonores et droniens de Monolake, rappelant le krautrock allemand dans lequel il a baigné très jeune. Enfin, on pourra se défouler sur la nouvelle vague de rythmes reggaeton et dancehall mélangés à l’ambient, un style initié par Kelman Duran, le dominicain habitant aux Etats-unis.

On ne peut qu’applaudir cette programmation éclectique, pointue et avant-gardiste sur les nouvelles formes musicales qui émergent des musiques électroniques. Les ateliers qui entourent les scènes tout au long du week-end confirment la position éthique du festival, loin des grandes phrases de green washing, simplement avec des initiatives nouvelles et écologiques, qui nous initient à des pratiques durables.

Pour plus d’informations sur la programmation et la billetterie, rendez-vous sur le site du Terraforma Festival 2019.terraforma 2019 full line up beyeah