Loin de nous l’idée de parler « d’édition de la maturité » quand il s’agit d’évoquer le  Positive Education. Car si son identité s’est bien développée et étoffée depuis les quatre ans d’activité festivalière qu’on lui connaît, c’est loin d’être sans une dose d’irrévérence et de cassage de codes. Un état d’esprit qu’on attribuerait plutôt aux défricheurs qu’à ceux qui suivent sagement les étapes dictées par l’industrie.

Pour sa quatrième année, le festival de St É rempile avec une prog plus diversifiée mais aussi aventureuse qu’avant. Du côté des arrivages étrangers, on retrouvera Helena Hauff, Aïsha Devi, Jeff Mills, Gabor Lazar, Demdike Stare, Dave Clarke, Karenn, Mad Miran, Overmono, Willikens & Ivkovic, Philipp Otterbach, Deena Abdelwahed, FARAI et African Head Charge. On note aussi la création de collabs – dont certaines exclusives – entre français et internationaux avec entre autres Batu en feat. avec Bambounou, Alessandro Adriani avec Amato aka The Hacker, et JASSS avec Low Jack.

Mais c’est dans les petites lignes de la prog qu’on décèle tout le génie du PEF, à savoir dénicher un peu partout les talents du clubbing français, les empiler dans un warehouse et nous les servir sur un plateau. Dans cette nébuleuse de collectifs dont les membres constituent une bonne partie de l’affiche, on peut citer Théo Muller, Christian Coiffure, Emma DJ & IASUKE, A Strange Wedding, AR/FM, Society of Silence, December & Garçon Manqué, IUEKE, The Pilotwings, Shlagga & Israfil, Zaltan & DK, Myako ou Abschaum. Bref, une joyeuse fête de famille agrandie dont le repas annuel risque de s’avérer copieux.Positive Education © Emma VernetPositive Education 2 © Emma VernetInfos & réservations.

Crédits Photos : © Emma Vernet