Il est un festival dans un coin inattendu (comprenez : non-occidental) du globe qui a su faire parler de lui tout l’été jusqu’à début septembre. Crée par des expatriés en Ouganda, le Nyege Nyege a su attirer tous les regards de la sphère électronique cette année, d’une part pour sa géolocalisation « exotique » (cliché intentionnel) et de l’autre pour sa programmation mêlant des artistes venus d’Ouganda et d’autres pays d’Afrique à quelques touristes de notre vieille Europe.

Local et international : les deux convolent main dans la main dans ce projet utopique, dont tous ceux qui ont eu la chance d’y participer en parlent encore comme des gamins de Noël. Le seigneur vidéaste omniprésent de l’électronique Boiler Room y était aussi pour enregistrer une partie des sets, et c’est bien la moindre des consolations pour nous autres.

Nyege Nyege festival