Considéré comme l’un des plus gros festivals des musiques électroniques en France, l’annonce de la programmation des Nuits Sonores 2020 est toujours un événement dans notre agenda. Au fil des années, on voit bien évoluer leur ligne artistique, avec une nette scission entre les Days et les Nuits, où les expérimentations et les risques de programmation sont nettement plus visibles le jour que la nuit.

On avait déjà constaté un changement l’année dernière, lorsqu’au bout de la 3ème soirée aux usines Fagor-Brant, on s’est rendu compte qu’on avait passé la plupart du temps dans la seule warehouse presque vide de festivaliers, pour ne pas se retrouver entourée de touristes impertinents qui essaient de te draguer entre deux drops de Laurent Garnier.

L’annonce de la programmation 2020 nous confirme bien cette ligne, et on vous livre nos artistes à ne pas rater pour cette 18ème édition.

Coup d’oeil sur la nuit

On balaye rapidement la programmation de la Nuit 1, qui reste notre préférée des trois soirées, avec des artistes comme l’ultra polyvalent LSDXOXO et l’activiste du baile funk Linn Da Quebrada, mais aussi Mykki Blanco et SOPHIE dans un registre plus pop, ou encore les mondes synthétisés de Jessy Lanza. On trouve dans le programme des artistes qu’on voit rarement en France, et pour lesquels on peut s’attendre à des shows exceptionnels.

On note aussi la forte présence de B2B sur le line-up des Nuits, avec des assemblages parfois étonnants. Celui de Paula Temple et SNTS semble définitivement être un choix de qualité, et on imagine déjà leurs deux univers combinés en un puzzle techno d’une autre dimension.

Pour les deux nuits suivantes, il ne nous faudra pas plus que les pionniers de Détroit 808 State le vendredi et Squarepusher le samedi, la vedette de cette année qui signe son grand retour sur Warp. Deux groupes légendaires qui offriront un voyage électronique dans le temps. On notera aussi la présence sur les nocturnes de Crystallmess, Zaliva-D, Neon Chambers, Sicaria SoundTR/ST, et Muqata’a.

Gros plan sur le jour

Les Nuits Sonores ont mis la barre très haute avec les Days cette année, avec une diversité implacable d’artistes, tant par leur origines, leurs parcours, leurs styles, leurs genres, leur approche de la musique. Des projets singuliers, avec une place importante de lives, montrent une approche plus réfléchie de la musique en journée.

Le premier curator est Jeff Mills, qui présentera un projet encore inédit avec Jean-Phillipe Dary. Il était déjà sur scène avec Jeff Mills et Tony Allen, les accompagnant au clavier sur leur projet Tomorrow Comes the Harvest. Que nous réserve les deux musiciens, fous de synthétiseurs et de machines analogiques ? Réponse le 20 Mai.

On salut la présence du projet Neue Grafik Ensemble, qui réunit notamment la révélation afro jazz Nubya Garcia et Neue Grafik, le producteur électro français reconverti dans la vibe londonienne. Leur album Folden Roads est une perle acoustique, un mélange réussi de house, hip-hop et jazz, avec les arrangements mélodieux de Neue Grafik.

Enfin, notre dernière recommandation pour cette première journée avec Jeff Mills sera Shuya Okino. Une légende japonaise d’une présence rare, qui a contribué largement au croisement entre jazz et club culture à Kyoto grâce à son implication dans la scène locale.

Le jeudi, on n’est pas au bout de nos surprises avec le line-up imaginé par DJ Harvey. On se dirigera vers le Sucre pour une succession de lives aux esthétiques variées : la dub techno allemande d’un des producteurs les plus influents du genre, Moritz Von Oswald, de l’électro française très au point avec le duo formé par Gilb’r et I:cube, Chateau Flight, et de la synthpop avec Peaking Lights. Des propositions toutes assez uniques en leur genre, peu représentées en festival. Et pour ceux qui attendaient du « gros guest« , la starlette de la house marketée Peggy Gou vient aussi d’être ajoutée aux festivités du jeudi.

Considérée comme une valeur sûre de la techno tendance EBM, Helena Hauff nous intrigue avec sa programmation du vendredi, plutôt très pointue et pour le moins obscure. On retiendra le live de Galaxian, une jolie pépite dont le dernier EP est sorti sur le très bon label Ilian Tape – dont les esthétiques breakbeat façon allemande ont déjà fait leurs preuves. On pointera aussi les révélations Afrodeutsche et Animistic Beliefs aux côtés de grosses têtes de la techno qui tabasse, empilées en masse sur cette affiche avec DJ Stingray B2B Marcel Dettmann, Manu le Malin et Umwelt.

Le dernier des Days sera orchestré par Honey Dijon, qui nous offre une programmation très influencée par la house new-yorkaise, comme pour revivre l’atmosphère d’un Paradise Garage en plein coeur de Lyon. Pointure du genre façon anglaise, Luke Solomon nous illuminera du groove dont il a le secret. Enfin, on est curieux de voir la prestation de Cakes Da Killa, qui apportera une vague trap pour détendre un peu ses muscles et son flow avant le final de la Queen Honey.

Comme toujours, les Nuits Sonores 2020 dessinent une programmation efficace la nuit, ambitieuse le jour. Club culture et headliners contre acoustique et culture underground, pour présenter la musique sous toutes ses formes et ses genres, dans un croisement dont on a hâte de vous conter le résultat.