Petit festival expérimental de la région catalane, le MIRA continue de s’imposer dans les esprits locaux en associant une prog électronique léchée (Tim Hecker, Death In Vegas, Plaid & The Bee, Lone, Elysia Crampton, Lee Gamble, Lakker, Jlin, Alessandro Cortini…) et des AV shows – aka audiovisuals shows, accompagnement visuel qui se présente sous forme de mapping et autres prouesses technologiques. Tout un programme, mené par une identité visuelle légèrement déroutante :

Vous avez dit légers ?

Autant porté sur la musique électronique tendance expérimentale que sur les arts numériques, Mira joue sur les deux tableaux pour se créer une identité originale dans une ville surpeuplée en festivals. Car dans l’écosystème barcelonais, un festival qui n’est ni Primavera ni Sonar et ne vise pas un public purement ‘fêtard touristique’ comme le DGTL risque fortement de souffrir pour exister. C’est ce que la campagne visuelle de cette édition 2016 du MIRA semble chercher à illustrer : l’effort.

Ne reste plus qu’aux artistes d’y ajouter quelque gouttes de sueur pour faire aboutir l’effort d’une 4ème édition réussie. Pour notre part, on attend tout particulièrement de découvrir le MIRA Dome, installation à 360° qui englobe et piège le spectateur dans sa sphère visuelle immersive.

Du 10 au 12 Novembre à Barcelone
Toutes les infos sur le site du Mira.