Ça peut sembler étonnant, mais il existe encore des festivals rock qui, en 2018, ne cèdent pas à la facilité de programmer une tête d’affiche hip-hop pour s’assurer une jauge remplie. Et parmi ces utopiques qui hier se battaient à armes presque égales avec les désormais poulains de Live Nation et AEG, rares sont ceux pouvant attester de la même longévité que La Route du Rock.

28 ans que le festival sublime le rock indépendant avec une programmation léchée, réfléchie, et toujours au fait des nouveautés. Et leur prochaine édition ne fait pas défaut à ce parti pris pour la qualité artistique : en haut de l’affiche, les populaires et pop Daho, Jungle et Phoenix s’alignent aux côtés de la légende Patti Smith, du weirdo de l’indie pop Ariel Pink et du pianiste électronique Nils Frahm, celui qui fait rêver analogiques comme modulaires. Mais c’est surtout dans le côté psyché de la force qu’on trouve un gratin d’honneur digne d’un Psych Fest : The Black Angels, Brian Jonestown Massacre, The Limiñanas, The KVB, FöllakzoidForever Pavot… La progra s’étend aussi dans le bordel plus primaire et instinctif avec le Villejuif Underground, Protomartyr et Shame, dans leurs genres respectifs qui s’étendent du néo-garage au post-punk.

Et n’oublions pas les quelques noms électroniques venus soulever les fins de soirée. Des noms qui voguent tous azimuths, entre la prêtresse auto-proclamée du disco The Black Madonna, la vétérante techno Ellen Allien et la plus sélective Veronica Vasicka, maîtresse vaudou exhumant les perles oubliées des dernières décennies pour les ressortir sur son label Minimal Wave.

Dans la balance entre un programme rassembleur, populaire, et une ligne artistique pointue – bien qu’aérée de quelques élans pop, La Route Du Rock continue son travail d’équilibriste, toujours sur le fil. Il ne manque réellement à ce programme qu’une tête d’affiche aux échos un peu plus vigoureusement cathartiques, mais peut-être que (l’autrement triste) annulation de John Maus vient tout juste d’ouvrir la porte à cette possibilité. En tout cas, nos choix de remplaçants se porteraient quelque part entre Idles, Sleaford Mods, Frustration, Body/Head, Priests, Downtown Boys, A Place To Bury Strangers ou Preoccupations. On dit ça, on dit rien…


À lire aussi : La Route du Rock 2015, entrée dans l’âge adulte.