Les 37e Rencontres Transmusicales de Rennes se tiendront du 2 au 6 décembre 2015. Comme chaque année, sa programmation est riche, variée, et axée sur la découverte. Pour s’y retrouver, le programmateur Jean-Louis Brossard animait cette semaine une série d’écoutes publiques commentées.

 

Musique du monde

Pour qui croise sa route pour la première fois, l’effet est impressionnant. Cette semaine, Jean-Louis Brossard avait donné rendez-vous à la presse et au public, non pas pour une traditionnelle conférence – qu’il a faite la semaine dernière, mais pour une écoute commentée de la programmation de « son » festival. Ou, en tout cas, celui qu’il mène d’une oreille de génie depuis 37 années. C’est l’histoire d’un programmateur hors normes, qui continue jour après jour à écouter, découvrir, sortir pour rester à l’affût de chaque nouvelle tendance, sans jamais pourtant tomber dans le sensationnel. Et qui reste, avant tout, un amateur de musique simple et discret.

Ne faisons point de mystère, vous pouvez retrouver la programmation (pratiquement) complète du festival sur le site des Transmusicales, deux ou trois noms restant à ajouter.

Vous le voyez, à moins d’être un spécialiste dans chaque domaine, difficile de reconnaître plus d’une dizaine de noms. Les Trans ont une programmation qu’il est impossible de ranger dans des cases, même si les soirées sont plus ou moins thématiques, partagées entre des dates et salles tantôt electro, tantôt rock. Il faut donc trouver une autre approche, comme pour le classement de ses disques: alphabétique, par pays, par couleur?

Sautant sans vergogne du blues américain à l’abstract hip hop écossais, Jean-Louis Brossard nous fait voyager dans la sono mondiale, la vraie, bien loin du Grand Mix de Nova qui a perdu depuis quelques années de sa saveur. On suit avec envie l’histoire de ses rencontres de l’année passée, du club confidentiel d’un hôtel à Brighton en Angleterre à une petite scène du Printemps de Bourges, où il repère Paradis face à un public d’une vingtaine de personnes. Dans cette sélection, la distinction entre underground et mainstream semble obsolète, tant les futures stars FM côtoient ceux qui aspirent à vivre heureux et cachés.

Voici une sélection, forcément non-exhaustive, des groupes que vous pourrez (re)découvrir pendant les cinq jours du festival à Rennes. On vous laisse la peine de faire votre propre agenda, grâce à une appli disponible via le site. Vous pourrez ainsi vous retrouver dans la dizaine de lieux du festival, et y ajouter un parcours de conférences, ateliers et autres réjouissances.

 

Morceaux choisis

3some Sisters : des soeurs pas tout à fait sages ni tout à fait soeurs, une sorte de pop baroque et de glam électronique à moitié décadent, et complètement accrochant.

LenParrot : des mélodies et une voix fragiles pour un début de nuit en douceur.

O : compositeur parisien d’une pop tendre et sensible qui tend souvent vers des sonorités électroniques.

Chamberlain : dans la lignée de Nils Frahm, Chamberlain compose des merveilles au piano, entre Moodyman et John Cage.

Fatnotronic : musique électronique au groove entraînant, pleine de sons du patrimoine musical brésilien.

London O’Connor : ovni pop, hip-hop, electro tendance claviers doux.

Hector Bizerk : hip-hop écossais à l’accent bien prononcé, aussi bon que Breton à ses débuts !

Comme chaque année des créations sont à l’affiche, dont on ne peut évidemment vous faire écouter d’extrait puisque les musiciens travaillent dessus jusqu’au dernier moment.

En premier lieu, l’attendue collaboration entre Dream Koala, Superpoze et le groupe de cuivre Code.

En second lieu, le tout premier live du collectif Mawimbi, qui n’en finit pas de conquérir les cœurs de toute la profession musicale.

Enfin, Molécule, très très prometteur projet de Romain Delahaye, parti enregistrer un mois sur un bateau de pêche.

Si vous aimez cette musique électronique faite de bruits du quotidien, vous aimerez certainement notre coup de coeur: Jacques, co-fondateur du collectif Pain Surprises.

Pour ne rien gâcher à ces alléchantes annonces, l’équipe a concocté trois trailers bien sentis, qui filment la réalisation de fresques dans la ville de Rennes. En bande-son, vous retrouverez bien entendu trois groupes de la programmation : Playground Zero, trio festif qui promet de faire tout exploser, Grand Cannon, projet blues de deux musiciens septuagénaires et Monika, une chanteuse grecque passée du folk au disco. En bonus, allez écouter Steven’n Seagulls, une formation bluegrass qui reprend à son goût des tubes hardrock. Tout un programme, réussi!