Le projet lyonnais Pethrol s’apparente à un superbe animal sauvage : la beauté gracile de la voix, l’allure altière des instrumentales le rend fascinant mais terriblement farouche. Rares sont ceux qui appréhendent la bête mystique sans s’égarer dans de fausses interprétations musicales, sans abîmer l’âme unique qui l’anime.

Le jeune Thylacine fait partie des quelques prodiges à avoir résolu le casse-tête. Il remixe « Howling Wolf » avec brio en s’accaparant cet univers si particulier sans le démystifier et mieux encore, en y rajoutant sa patte. Rien n’est laissé au hasard et le remix s’attarde sur la marque de fabrique du groupe : la voix, au centre de tout. Tellement fébrile qu’on la sent sur le fil du rasoir, prête à se rompre dans les aiguës, la voix est en totale contradiction avec les instrumentales métronomiques et les beats implacables de Thylacine. Entre fougue, émotion et froideur, l’équilibre est là, et c’est là le propre d’un remix réussi.