Il y a assez peu de genres dans l’histoire de la musique contemporaine qui arrivent à perdurer sans (trop) perdre de leur puissance ni de leur charisme. Et ce serait un euphémisme de dire que l’acid house a le vent en poupe ces dernières années. Encore et toujours.

Il faut dire que le style n’a jamais vraiment abandonné les dancefloors depuis la légendaire Acid Tracks du groupe Phuture. En réalité, il revient sur le devant de la scène tout les 5 ans environ. Mais on ne vous apprend rien. Toujours est-il que ce type d’oscillations désormais mythiques continuent sans faiblir d’agiter les pieds des danseurs du monde entier. Et si ce genre musical, si particulier, a largement été repris par la nouvelle génération, il est tout aussi intéressant de voir que les papas de la techno moderne continuent de jouer avec les fréquences de la TB-303 et contribuent ainsi à faire perdurer la musique acid, entre expérimentation et nostalgie. C’est selon nous ce qui a inspiré Steve Lawler pour son dernier EP, sorti du 8bit, nommé avec mémoire « Generation Acid » .

Les ingrédients d’une bonne track acid sont désormais connus de tous : des percussions à la chaîne, un BPM élevé, une brutalité mécanique affichée et bien sûr cette ligne de basse parfaite qui caractérise le genre. C’est exactement ce qu’on écoute sur cet EP. La techno de Steve Lawler, d’habitude plus synthétique, se marie très bien avec les codes du genre pour créer deux morceaux énergiques, habilement remixés par Argy et Gorge. On ne veut pas vous en dire plus, encore une fois la musique parle d’elle même. Bonne écoute !