Lost in transition. Cela pourrait parfaitement décrire la dernière oeuvre de Shlohmo « Dark Red ».

Venu de Californie, Shlohmo est un beatmaker comme on en voit peu dans la cité des anges. L’année dernière, sa collaboration avec Jeremith a fait mouche. L’EP ayant eu du retard, il est sorti en libre téléchargement en Juillet, sans émettre de grand bruit. Shlohmo a traversé une année difficile, il aurait perdu un de ses proches après des mois de traitement. Son deuxième album « Dark Red » reflète cette anxiété et ce désespoir, la fuite d’une réalité glacée qu’est la perte d’une personne aimée.Les synthés de l’album sonnent le glas vers l’enfer, comme un appel vers l’au-delà. Henry Laufer a littéralement bousculé son univers, passant d’un R&B progressif à de l’électro dark.

« Je voulais juste faire mon propre putain de truc » révèle-t-il.

« Dark Red » serait donc tout droit sorti de ses entrailles, comme un accouchement prématuré. Clavier envoutant, guitare électrique, basses répétitives, les instruments se mêlent et s’harmonisent entre eux pour un résultat plus que plaisant.

Album en écoute intégrale et gratuitement sur Nytimes.