Sortez vos lunettes 3D et vos combinaisons nucléaires, embarquement immédiat pour Uncanny Valley, le nouvel album de Midnight Juggernauts. Ce duo australien s’est fait connaître en 2007, avec leur album méta-nommé : Dystopia. Leur pop-électro sulfureuse s’est retrouvée en première partie de Justice et adoubée par les Daft Punk (à l’époque où Pharell n’avait encore pas toutes ses dents). Malgré un second album en 2010, la fureur des artistes complètement perchés sur Neptune n’était plus là, place aux cons comme dirait l’autre. Aujourd’hui, la tendance new-age, Star Wars et Galaxy 3 revient (avec les Daft Punk en prime) : c’est le bon moment pour nos Juggernauts de revenir sur scène.

Le premier extrait de l’album se nomme « Memorium », et est en écoute depuis un mois. Morceau très réussi, équation parfaite entre Star Trek et Mad Men, il réunit l’essence même du duo loufoque : un beat accrocheur et une mélodie hypnotique. La guitare enchanteresse de Midnight Juggernauts ne quitte pas l’album, c’est d’ailleurs un de ses instruments phares. Chaque morceau trouve son refrain, sa mélodie, son petit chant.

Deep Blue lines, c’est une plongée interminable dans un lagon enchanté. Guidé par des voix de colibri sauvage, vous suivez aveuglément le rythme du synthé et de la voix bluette qui vous chuchote à l’oreille.

Après écoute intégrale, on est comme secoué par tant d’étrangeté. Et si le Kangourou ne rendait pas un peu loufoque ?

Lien pour l’écoute