Copyright : Pierre Delmas Torrell
Cédric Lange

Samedi 29 juin : Tout d’abord, un grand bravo au groupe Polygorn qui nous a offert un excellent concert dès 17 heures sur la scène du Parc. C’est la représentation parfaite du mélange d’instruments réels et de sons électroniques. Une bonne coordination qui s’est fait bien faite ressentir sur scène.

A partir de 18 heures est monté sur scène le duo portugais Sturqen. Comment les décrire ? C’est d’un côté de la musique très contemporaine et expérimentale mais mélangé à la techno qu’on aime tous.

19 heures. William Bennett aka Cut Hands. Nous ne pouvons dire que du bien sur cet artiste qui a une extraordinaire présence du scène bien qu’il paraisse bien calme dans les loges (Performance à voir par ici)

20 heures : Ed Banger Records est parmi nous, Boston Bun aussi. Pour clôturer cet avant dernier jour de festival, la foule s’est levée pour Boston Bun l’encourageant à lui transmettre ses influences house et techno.

Nous avons énormément apprécié ce live, et pour cause, on avons décidé de partir à sa rencontre.

Interview

Bonjour Thibault, alors tout d’abord, comment est venue cette envie de faire de la musique électronique ?

En fait, je suis parti de chez moi je suis allé à Lilles et j’ai rencontré des gens et j’ai commencé à faire de la musique électronique et c’est la scène lilloise à l’époque où il y avait vachement 2 many dj’s, la scène anglaise qui m’a d’abord mis un pied dedans.

Pourquoi Boston Bun ?

Boston Bun, c’est à la fois un dessert néo-zélandais et aussi une position sexuelle.

Tu voulais faire quoi quand tu étais plus jeune ?

Avant je faisais des clips, je bossais pour une boîte de production, j’étais donc réalisateur. J’ai alors fait des études de cinéma et ensuite la musique m’a pris plus de temps.

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

J’écoute beaucoup de house de Chicago, de New York et de la techno de Detroit. J’ai toujours écouté ça.

C’est quoi ton plus mauvais souvenir de concert ?

Un mauvais souvenir ? Non j’ai pas vraiment de mauvais souvenirs de concerts, non au final c’est marrant tu vois, il y a des trucs relous mais jamais graves.

Quel est le meilleur ?

Je pense que le meilleur souvenir c’est genre les 10 ans de ED BANGER à la Villette. C’était vraiment pas mal !

Pour toi, quelles sont les qualités indispensables pour réussir dans le monde de l’électronique ? Est-ce qu’on doit se fier au public ?

Non justement non il faut pas se fier aux envies du public parce que sinon tu fais de la musique un peu générique donc non, il faut se fier à soi. Après ça plaît ou ça plaît pas !

Comment tu vois ton futur ?

Pour l’instant, je continue à sortie des EPs chez ED BANGER, j’ai pas prévu d’album  ou peut-être l’année prochaine ou dans deux ans. Là j’ai un EP qui sort en septembre et pas mal de remixes qui arrivent.

Comment s’est fait la rencontre avec ED BANGER ?

J’ai fait un premier remixe qui est sorti chez Sound Pelligrino de Maëlstrom et mon manager à l’époque l’avait envoyé à Pedro et vu que Pedro est aussi dans les tempos lents, on s’est assez vite rencontré. D’abord on a commencé par partager un studio ensemble où on faisait de la musique tous les jours et puis petit à petit, je lui faisais écouter mes tracks, il a accroché et l’a même signé en EP.

Comment fait-on pour se faire une place dans un label où a été produit des groupes tels que justice ? Est-ce que c’est difficile de se faire une place ?

Justement c’est hyper simple puisque au final, et surtout pour les 10 ans, on tourne tout le temps ensemble et quand t’arrives dans un endroit avec Justice tu es genre un petit mieux accueilli que si tu arrives tout seul. Donc non ça se passe super bien et même au sein du label !

Pour revenir sur les Siestes Électroniques, on voulait savoir ce que tu pensais du concept ?

Ah je trouve ça mortel, je trouve ça vraiment mortel ! Le cadre est chanmé, le décor se prête au jeu. Ils ont fait une soirée club vraiment cool avec une excellente programmation. Après ce qui est cool c’est qu’on peut à peu près faire le même set qu’en soirée club, les gens sont pas mal réceptifs.

Première fois aux Siestes Électroniques ?

Première fois oui, et pas la dernière j’espère !

On va te laisser le mot de la fin : Peux-tu dire un petit mot aux lecteurs de BEYEAH ?

A tous les lecteurs de BEYEAH, j’ai mon prochain EP qui sort le 30 septembre donc voilà, je fais un peu de pub !

En tout cas, merci beaucoup et bonne chance pour la suite !