Le FAIR est le plus important dispositif de soutien aux jeunes artistes en France. Depuis 1989, il accompagne une sélection d’artistes « musiques actuelles » dans leur développement professionnel, sur scène et en studio. Pour un groupe émergent, c’est un accélérateur de carrière fort, tant par l’aide sur la communication et les concerts que par la formation apportée pour devenir un artiste professionnel.

Les artistes se voient en effet proposer des formations et ateliers sur le secteur des musiques actuelles, afin de comprendre, aussi, le fonctionnement des professionnels d’un secteur qui a acquis au fil des années de nombreux codes et un fonctionnement bien établi – malgré un foisonnement de micro-structures et collectifs amateurs.

Et on peut dire que le dispositif s’avère efficace, puisque les résultats se chiffrent ainsi :

 plus de 120 nominations aux Victoires de la Musique d’artistes lauréats (depuis 1997)
plus de 30 Victoires de la Musique (toutes catégories) d’artistes lauréats
 24 nominations et 3 lauréats au Prix Constantin
 plus de 20 millions d’albums vendus
 plus de 75.000 concerts

Miossec Christophe Acker

Cette année, le « parrain de promotion » est Christophe Miossec. Accompagné par le dispositif en 1996, il a depuis sorti 9 albums, et tenait l’affiche de la soirée d’annonce la semaine dernière au Café de la Danse.

Originellement très chanson française et très pop, comme bon nombre de dispositifs gouvernementaux, la sélection s’ouvre cette année à d’autres styles, dans une veine toujours « pop ». Le dispositif s’agrémente aussi d’une aide à la création visuelle, qui marque l’importance actuelle du live dans le parcours d’un groupe.

Trève de suspense, voici la liste par catégories des lauréats pour le Fair 2016 :

Electro/pop : Broken Back, Jain, Jeanne Added, Kid Wise, Agua Roja
Indie : Cliché, Grand Blanc, In the Canopy, Juniore, Last Train, Samba de la Muerte
Musiques électroniques : Cotton Claw, Flavien Berger
Chanson : Cléa Vincent
Hip-hop : Sianna.

Vous connaissez déjà, probablement, certains noms de cette liste, mais faisons un court focus sur trois groupes dont nous vous reparlerons sûrement cette année.

 

Cotton ClawCotton Claw

Véritable groupe live (chose rare en musique électronique), Cotton Claw fait de la « musique club » avec une touche plus accessible qu’à ses débuts, où les productions étaient parfois abruptes. Ils viennent de sortir leur premier album, « Volutes« , que vous pouvez écouter ci-dessous. En parlant de récompenses, ils ont déjà reçu le Prix Chorus, ont fait parti de la sélection des Inouïs du Printemps de Bourges, et joué aux Solidays, Eurockéennes de Belfort et au Montreux Jazz Festival. En somme, plus vraiment des débutants.

 

 

Grand BlancGrand Blanc

Venus de Metz, Grand Blanc est repéré aux Transmusicales de Rennes, après une signature et une première sortie sur le label Entreprise. Comme Cotton Claw, ils ont un solide bagage scénique derrière eux, y compris en festivals. Leur univers coldwave chanté en français est émotionnellement très fort, comme les thèmes qu’ils développent : le deuil, l’absence, la noirceur des villes… Leurs chansons finissent souvent par exploser en guitares et claviers ra(va)geurs, et prennent une dimension plus forte encore dans leurs vidéos.

 

 

Samba de la MuerteSamba de la Muerte

Cette danse mortelle est le projet d’Adrien, qu’on a déjà vu au sein de Concrete Knives. Il compose seul dans sa chambre mais s’entoure pour les besoins de la scène de musiciens, qui donnent une toute autre couleur à ses morceaux. Inspiré par Bon Iver, José Gonzeles ou Sufjan Stevens, il commence par faire du folk, n’ayant qu’une kora, une guitare et des percussions. Sa musique se densifie au fur et à mesure de l’évolution du projet : il trouve un tourneur, sort un premier EP puis un deuxième, et prépare son premier album pour l’année prochaine. Ci-dessous, la vidéo d’un live sur un parking, tourné dans le cadre de la RBMA dont on ne finit pas d’entendre parler.

 

Le Fair arrive donc à point nommé pour l’aider à cette nouvelle étape :

« Ça tombe vraiment bien avec cette sortie d’album, ça va nous donner un vrai coup de pouce. Les personnes qui représentent Le Fair sont vraiment super, hyper disponibles et à l’écoute. Pour ma part je vais prendre des cours de chant grâce à eux, il y aura aussi toutes sortes de formations tout au long de l’année, des subventions pour du matériel, de la tournée ou encore des clips« .

C’est aussi l’occasion pour les différents groupes et artistes d’échanger entre eux :

« je suis heureux de retrouver Flavien Berger dans cette sélection, j’admire beaucoup ce musicien, son album est incroyable et son live aussi ! Il y a les copains de Cotton Claw aussi et bien d’autres, ça fait une belle famille« .

De famille, parlons-en, puisque comme « anciens » de cette école virtuelle on trouve – attention la liste est longue et incomplète : NTM, IAM, Zebda, Mano Solo, Dionysos, Louise Attaque, M, Tahiti 80, Agoria, Zenzilé, Ez3kiel, High Tone, Le Peuple de l’Herbe, La Caution, Stupeflip, Deportivo, Hocus Pocus, Yelle, Caravan Palace, Moriarty, Orelsan, Pony Pony Run Run, Sexy Sushi, Cascadeur, Chapelier Fou, Frànçois and The Atlas Mountains, Concrete Knives, La Femme, Christine and the Queens, Lescop, Mina Tindle, Odezenne ou Fauve.

Bref TOUS les groupes français qui ont pu avoir une importance dans votre vie musicale. Nous suivrons donc avec beaucoup d’attention l’évolution des carrières de ces trois artistes cette année.