Depuis quelques années, Le Vasco se joue des codes esthétiques et musicaux, jusqu’à accoucher aujourd’hui d’un album fantasque et futuriste, La Transe des Oiseaux. Il arrive à point nommé dans la discographie du groupe natif… d’on ne sait où. Mais du Deep Net 2.0, assurément.

Alors oui, il y a des imperfections, des failles sur La Transe des Oiseaux. Mais à juste titre, on pourrait rappeler que lorsque Grimes  nous a balancé en pleine face « Visions », il comportait lui aussi pas mal de défauts voire un bon paquet d’imperfections mais qui, au bout du compte, ne gâchaient en rien le résultat final. Difficile d’oublier des titres comme Genesis ou Oblivion. A très forte raison, « Visions » fut comme un électrochoc. C’est un peu le même processus pour Le Vasco. L’album impressionne, mais on en attend plus au prochain tour. En un ordre d’idées : plus de lives, plus de face B, plus de clips.

Toujours est-il que Le Chant des Oiseaux est là, fraîchement sorti de chez Nowadays Records, avec ses dix titres dont certains que nous connaissions déjà (Neon Blue, Easy Online) et d’autres qu’on a pris beaucoup de plaisir à découvrir (Loved Ghost, 20 Angels). On s’est entretenu avec Louise, Baptiste, Nils et Raphaël afin d’en savoir un peu plus sur l’album, mais aussi de parler de leur délire autour du transhumanisme, l’évolution de l’homme et la relation humain/machine.

 

Salut les amis. Ça fait vachement plaisir de vous avoir sur Beyeah. On va partir du principe que tout le monde vous connaît et passer directement aux questions intéressantes : comment s’est organisé la composition de cet album ?

Salut ! Heureux de faire cette interview. La composition a été très longue et parsemée d’embûches. On sortait d’une période où on était poulains de l’écurie « groupes découvertes » de 2013 : Bourges, le festival Chorus, les Transmusicales de Rennes… Le tout la même année. La confrontation avec le monde pro qu’on ne connaissait pas nous a pas mal mis la pression. On voulait repartir tout de suite sur un album dans les six mois comme des gros warriors, et en fait on avait plus d’idées. On a pris un an pour retrouver le kif de faire la musique qu’on aime ensemble. Une autre année pour conceptualiser ce qu’on voulait faire et prendre une direction forte. Un an encore pour finaliser et bien sortir les choses. Ces épreuves nous auront coûté deux membres.

Pour parler plus artistique, Nils a commencé à tripper sur des accords en quarte et en quinte parallèles inspirés des compositeurs impressionnistes et du jazz des années 60, ce qui donne l’ambiance assez mystique de l’album. Raf a développé ses dons informatiques à un point tel qu’il a réussi à recréer des sons de la station spatiale internationale. Louise a exploré profondément de belles mélodies classiques. Nicolas était dans une ambiance electro-world-sad boy et Baptiste voulait revenir à l’essence même de la guitare blues.

On a composé pas mal de chansons comme ça, et on s’est dit que ce qui leur donnait une cohérence, c’était la problématique du voyage, de la brèche entre le familier et l’irréel, le surnaturel.

On voulait accompagner la musique avec des images tirées d’un voyage qu’on ferait tous ensemble. On a d’abord pensé à partir sur un cargo de marchandises, mais c’est beaucoup trop cher et apparemment plutôt chiant. On a alors contacté nos potes de la 4TH dont on aimait les histoires et l’univers visuel. Avec eux, on a pensé à faire une chasse au trésor guidée par Aya Yosemite via coordonnées GPS. De ce voyage ont été tirées la plupart de nos images et de nos vidéos.

Le Vasco dans une source chaude d’Auvergne

J’ai remarqué qu’il y avait pas mal de nappes dans vos titres. On devine que c’est la petite touche synthé chez Le Vasco. C’est quelque chose de voulu ou ça se fait de façon totalement instinctive ?

Une question très tech ! Raf passe beaucoup de temps à rechercher des synthés, à la fois sur des plugins du type trance-edm et des freewares du monde entier – chapeau d’ailleurs à ce cher Paul Octavian Nasca et son synthé Zynaddsubfx (ndlr: zynaddsubfx est un synthétiseur polyphonique, à découvrir ici). Nicolas aussi samplait beaucoup de musique de jeux vidéos.

A l’écoute de la dernière version d’Easy Online que vous avez postée sur Youtube, on peut clairement s’apercevoir que vous êtes des artistes de live. Est-ce que l’album a été pensé dans le but d’être joué facilement durant vos prestations ou plutôt comme un album de studio ?

L’album est clairement studio. On a grave galéré pour en faire un live cool, mais là on en est content. On ne s’emmerde plus à faire semblant d’être des machines, on en utilise directement et ça nous libère la tête et les mains pour faire des trucs funs. Comme un Chat en direct avec tous les spectateurs, dirigé par Aya*. Ne loupez pas pas ça, nous passerons sûrement près de chez vous !

Visuellement, musicalement, philosophiquement, vous êtes vachement axés transhumanisme. Parlez nous un peu plus de cette partie-là. Avez-vous lu « La révolution transhumaniste, comment la techno médecine et l’ubérisation du monde vont bouleverser nos vies » de Luc Ferry avant de composer ?

Bien vu ! Ce thème est tellement vaste et passionnant, mais tellement flippant à la fois. Nous n’avons pas lu l’ouvrage que tu nous cites. Nous regardons par contre pas mal de vidéos de la Silicon Valley. As-tu vu la dernière vidéo de maison intelligente publiée par Facebook et dans laquelle joue Mark-qui-ne-cligne-plus-des-yeux et sa jolie famille ?

Dernière question : AYA YOSEMITE sera t-elle présente lors de vos prochains lives ? On est tenté de se demander si elle n’aurait pas un double masculin, voire même des enfants ?

Tu te permets d’assumer son genre à ce que je vois. T’es-tu seulement demandé s’il s’agit d’un homme, d’une femme, ou d’un être non binaire ? As-tu oublié de checker tes privilèges ? Serais-tu intéressé par une relation ? Si tu veux savoir ton futur, envoie VOYANCE au 0651309751*.

[bandcamp width=100% height=120 album=152336691 size=large bgcol=333333 linkcol=0f91ff tracklist=false artwork=small track=2194939401]

*Aya Yosemite est une  entité bleue intervenant dans l’univers virtuel de Le Vasco. Selon leurs propres dires : « Elle vit dans le coin inférieur gauche du site LeVasco.com. Vous pouvez lui demander conseil et la recontrer par SMS au 0651309751. »