L’ascension exponentielle du Dekmantel au delà d’Amsterdam semble presque irréelle en seulement 5 ans. Pourtant lorsque l’on creuse un peu, la success story du festival a suivi un chemin des plus classiques : Thomas Martojo, co-fondateur, a commencé en 2007 par organiser des évènements de petite envergure sur Amsterdam, pour des salles aux jauges d’une centaine de personnes. Au fur et à mesure, il s’est fait un public et a progressivement atteint les soirées de 2000 personnes. La création du festival Dekmantel n’était donc que la suite logique de sa carrière. Mais il lui fallait quand même d’un bras droit pour ne pas mettre les pieds dans la foret Bos sans glisser. Matthias rejoint alors Thomas et forment aujourd’hui le duo le plus couru d’Amsterdam, le Dekmantel Soundsystem.

La clé de leur réussite réside peut-être dans la sélection des artistes de la programmation, qui tend à la fois vers le populaire et l’underground tout en présentant le cru émergent local. Combinée à l’attractivité de la ville et son ouverture à la musique électronique, la sauce avait tout pour prendre. Ils sont les pionniers d’un type de festival d’un nouveau genre, celui de l’événement international de « qualité », qui n’hésite pas à réduire sa capacité pour conserver la proximité entre les artistes et le public. Jusqu’où ira le Dekmantel ? Nos questions aux deux fondateurs nous guident vers un début de réponse.

Quel était votre vision lorsque vous avez lance le Dekmantel, quels objectifs aviez-vous au début ?

Au moment de se lancer, nous avions déjà crée les soirées Dekmantel où nous bookions des artistes que nous apprécions personnellement. Lancer le festival se traduisait simplement par le fait de pouvoir programmer plus d’artistes. La vision en terme de booking et de création de soirées était simplement d’essayer d’offrir aux gens la meilleure musique électronique.

Que pensez-vous des festivals qui se développent en licences exportées (le DGTL à Barcelone, le Sonar un peu partout dans le monde, etc.) ? Pourquoi avez-vous choisi de changer de nom pour « Selectors » au lieu de créer un Dekmantel Croatie ?

Pour nous ce n’est pas une question d’étendre le spectre de son festival. Nous sommes allés au Brésil, nous avons eu un déclic avec la scène locale, et la ville de Sao Paulo. Le festival que nous faisons en Croatie est totalement différent de celui d’Amsterdam : plus petit, que des DJs. Nous avons crée le concept Selectors depuis notre premier festival à Amsterdam, ce n’est pas nouveau.

Le format de jour (12h – minuit) du Dekmantel est assez innovant en Europe, et aujourd’hui, la plupart des gros festivals nocturnes mettent plus de poids sur le line-up de jour, suivant ce même chemin. Pourquoi avoir fait ce choix en premier lieu ?

Pour les Hollandais, le festival de jour n’est pas quelque chose de spécial, dans le sens où cela se fait depuis des années, ce n’est donc pas quelque chose que l’on a inventé.

Quels sont les artistes ou les performances que vous avez  été fiers de programmer cette année et que vous nous recommanderez cette année ?

Difficile de savoir ou commencer ! Evidemment nous sommes ravis qu’un des compositeurs internationaux les plus connus, Steve Reich, ouvre notre festival cette année. À coté de cela nous sommes impatients d’assister aux concerts d’A Certain Ratio, Tuxedomoon, Occult Orientated Crime, et Dopplereffekt.

Dans la Amsterdamse Bos, on a aussi beaucoup de nouveaux talents. On pense notamment à Inga Mauer, Stump Valley, Marie Davidson, Resom, Red Axes. On est aussi très enjoués de voir la main stage et les ouvertures de The Selectors par Marcel Dettmann, Nina Kraviz et MCDE.

Le festival Dekmantel aura lieu du 2 au 6 aout 2017 dans la forêt Amsterdamse Bos, à une heure du centre-ville d’Amsterdam.

Crédits Photos : Sophie Van Der Perre