Très proche de la scène neo-disco-synth-weird (Clouded Vision, La Dame noir, Rock to the Beat Records…), Dawad est de retour avec un nouvel EP sur le label Days of Being Wild. C’est avec beaucoup d’attention qu’on s’est penché sur cette sortie, et on a vraisemblablement aimé ce qu’on a entendu. Il faut dire qu’on était déjà un peu habitué aux sonorités sombres et distordues du producteur marseillais dans ses releases communes avec son partenaire Mokic.

Trois titres et un remix , c’est ce que nous propose Dawad pour ce retour en solo. Trois productions qui empruntent à la musique industrielle mais aussi à la new wave comme sur le titre Catharsis, en duo avec Catherin.

 

Days Of Being Wild, également label du duo Club Bizarre, est réputé pour ses sorties de qualités et tient une nouvelle fois toutes ses promesses. Quant à nous, on en a profité pour poser quelques questions au compositeur de Land of None :

Salut Dawad. Merci de nous accorder cet interview. Pourrais-tu te présenter à nos lecteurs en quelques mots ?

Salut, je suis un homme à plusieurs facettes : pharmacien dans la vraie vie, DJ/producteur à mes heures perdues et papa de trois enfants avant tout. J’ai toujours fait de la musique, ma famille maternelle est musicienne, j’ai donc eu la chance d’aller au conservatoire régional et d’acquérir une formation certes très académique, mais qui me permet aujourd’hui de faire à peu près ce que je veux. Enfant j’étais dans le classique, ado/étudiant je suis passé au shoegazing (basse, compos), puis maintenant à l’électronique…

Parle-nous un peu de ce nouvel EP sortie sur Days of Being Wild. À quoi doit-on s’attendre ?

Je suis super heureux de cet EP car DOBW est un label que je suis depuis longtemps, j’ai beaucoup d’admiration pour le boulot de Club Bizarre et du label. Quand j’ai envoyé mes demos à Sam et Franz je ne pensais pas qu’ils seraient aussi emballés ! Le remix de Nhar était comme une évidence pour nous, c’est un ami de longue date pour moi et pour DOBW aussi. Il a encore frappé fort, son remix est brutalement beau.

Concernant l’aspect technique, parle-nous un peu du matériel dont tu t’es servi pour concevoir cet EP ?

Ça faisait un moment qu’on voulait un truc avec Sophie (Catherin). Sur « Catharsis« , qui est une ballade romantico-depressivo-new-wave, j’ai utilisé des rushs qu’elle m’a envoyés pour fabriquer les pads qui soutiennent l’harmonie, ainsi que la phrase qui revient en boucle. Techniquement je travaille sur Ableton, un moog minitaur pour les basses, j’ai un mopho aussi que j’utilise surtout en live. Je travaille beaucoup au casque (AKG K240 MKII), et niveau écoute j’ai une paire de Yamaha HS80. Je ne me trouve pas très bon techniquement mais ça me convient comme ça, le résultat est le plus important. Ensuite c’est beaucoup de tests : en voiture, aux écouteurs iphone, au casque DJ, les HP de l’ordi et le must, en club. Bref partout où ma musique est susceptible d’être écoutée.

Comment s’est passée cette collaboration avec ce label ?

Je trouve que le label a fait un super boulot. J’avais pu rencontrer Sam à Barcelone cet été, un mec solide. La com de Franz est parfaite, le visuel aussi et surtout les masters sont vraiment classes. J’étais très content du résultat. C’est toujours super agréable de bosser avec des gens sérieux et motivés. Qui ne font pas le taf à moitié, j’espère pouvoir continuer à collaborer avec DOBW dans le futur !

Est-ce que tu as quelques dates parisiennes dans les mois qui viennent ?

Pas de dates parisiennes hélas, mais j’aimerais bien ! J’ai un live tout frais que j’ai pu jouer en Italie récemment dans une petite soirée. Je trouve qu’il y a encore des imperfections, quelques trucs qui accrochent mais c’est normal. Je ne suis jamais satisfait à 100% de mon taf, après j’adore jouer, je m’amuse et c’est l’essentiel. Globalement je ne suis pas trop sollicité, si ce n’est à domicile chez mes amis de la Dame Noir. C’est toujours une expérience de jouer au dancing, tu sais jamais ce qui va se passer mais en général c’est toujours super wild.

Tu travailles sur d’autres projets en ce moment ?

Je travaille beaucoup sur mon duo avec Mokic, on a été booké à Biarritz avec les gars de Prism début février, après avoir sorti pas mal d’EPs en 2015 sur Clouded Vision, Nein, PlayPal… En ce moment, on répète et perfectionne notre live. Et ça le fait, je pense qu’on a un cool truc à offrir, on espère le jouer cette année dans un max de clubs dépravés et de soirées type dark disco et new wave. Je travaille aussi sur un autre projet avec mon ami violoniste Zen, beaucoup plus electronica mais tout aussi prenant. On aimerait proposer un format album, peut-être pour cette année si nos vies bien remplies nous le permettent !

Bonne nouvelle : on vous fait gagner trois exemplaires digitaux du nouveau Dawad ! Pour participer, il suffit d’envoyer votre nom et prénom à cette adresse : hello@beyeah.net

Days of Being Wild