Le digger, producteur et dj lyonnais Waxist, docteur ès disco, soul, funk, AOR, rare groove et toutes les déclinaisons et degrés intermédiaires, sort en début d’année l’EP Love Penalty sur le label australien People Must Jam, ou PMJ. Une micro-compilation de quatre titres issus de sa discothèque personnelle, retravaillés pour le club et la danse. Chaleur.

Membre de la JAW Family, entité internationale 100% groove regroupant entre autres Red Greg, Leroy Burgess ou Darryn Jones, Julien Minarro dans le civil est un collectionneur forcené qui a le goût des belles choses : celles qui font que malgré les idées reçues, les tenues approximatives et Claude François, la disco – au sens large et dans tout ce qu’elle englobe – est belle et bien la meilleur musique du monde pour certains. Chaude, puissante, universelle, pleine d’amour et également très (très) fun, la disco reste logiquement la meilleure amie du dancefloor.

Preuve s’il en est, cette nouvelle pierre à l’édifice disco : l’EP Love Penalty, donc.

Grateful ouvre la face A dans le plus pur registre funk, option tous synthés dehors : un groove lancinant et lascif s’empare de nous, bien aidé par une ligne de basse indécente. Une ouverture purement boogie – cuivres démonstratifs, beats légèrement breakés, apparitions discrètes et soudaine de guitares et surtout, surtout, une voix qui nous cajole des « I will always be eternally grateful to you baby« . Nous sommes d’accord.

Mafia, le track suivant, muscle gentiment les débats en allant digresser du côté de l’afro-disco ; un DJ tool rebondissant et énergique, rempli de soleil, avant la bombe qui suit : Happy Days.

Plongeant les bras grands ouverts dans la joyeuse exubérance de la disco, Waxist nous gratifie d’un instant classic. Quiconque a un jour – donc en fait, tout le monde – dansé sur un tube intemporel de Earth, Wind & Fire ou Kool & The Gang pourra faire de même ici. Refrain addictifs chantés en coeur, injonctions au DJ, tous les voyants sont dans le rouge sans jamais toucher au grotesque. L’excès – stylistique, musical – est ici maîtrisé et canalisé en pure énergie : la disco. « Feel the music boy / And let your body swing » — nous n’aurions pas pu mieux dire.

Love Penalty EP est disponible via People Must Jam.