On sait assez peu de choses sur Sonae, si ce n’est qu’elle est allemande, qu’elle sort ses disques sur Monika Enterprise, et que le dernier en date, I Started Wearing Black, encastre huit (très) beaux tracks dans une évolution plus que maîtrisée.

En vrac on sélectionnera Majority Vote, morceau sous tension qui rappelle la condensation lourde de l’air juste avant un orage, et Soul Eater, un des plus beaux tracks d’ambient techno nocturnal qu’on ait entendu depuis un moment. Mais surtout, le morceau qui titre l’EP I Started Wearing Black, qui nous avait sauté à l’oreille dès la première écoute : une intro proche de l’électroacoustique qui construit un lent crescendo sur une plage de trois minutes, avant de le relâcher pour dévoiler un beat de techno abrasive. Beat qui disparaît d’un coup à la sixième minute, pour laisser de nouveau place à un grésillement d’ambient, aussi beau qu’inattendu.

La même recette est appliquée sur White Trash Rouge Noir où une intro ambient se retrouve sans aucune construction préalable breakée par un beat techno dissonant. En une poignée de titres, Sonae dévoile une esthétique proche des Lucrecia Dalt, Klara Lewis et autres Claude Speeed, soit la (pas si) nouvelle mais pas moins prometteuse jeune garde de la musique électronique contemplative.