Dans la suite de notre série consacrées aux influences de DJs et producteurs, on vous livre la playlist de Jonnnah, artiste de la nébuleuse stéphano-lyonnaise qui vient de sortir un premier EP entre ambient, new age et dubstep.


Dans une ambiance mystique propice à fumer de l’opium, Jonnnah signe son premier EP Mental Physical chez Worst Records, l’émanation labelesque des stephanois de Positive Education. Hautement abstraite, l’interrogation métaphysique qui sert de description à l’album évoque la collection d’instantanées qui, mis bout à bout, crée un être distinct. Et la playlist qu’il nous livre pour l’occasion (à retrouver en bas de cet article) ne peut que confirmer la vision très cérébrale qu’a Jonnnah de la composition électronique.

Si on ne sait pas qui est l’ami concerné sur le premier morceau de l’EP Friendly Tribute, on pourrait facilement donner le titre à Andy Stott tant les inspirations dubstep et ambient y sont notables. On explore ensuite des sons de voix gutturaux sur Binary Life avant l’arrivée de beat breakés, puis un titre ambient/trip-hop glauque comme il faut sur Whispering The Past. Le retour au lumineux s’opère étrangement sur Insomnia Never Ends, titre nébuleux et un brin new age, qui étire la torpeur nocturne sur huit minutes. Comme une synthèse de l’EP, Too Many Colors In The Wood jongle pour finir avec des vappes dronesque assez sombres sur des beats et éclats de voix plus éclairés.

Et pour accompagner la sortie de son EP, Jonnnah nous a donc concocté une playlist des morceaux qui « l’ont accompagné au quotidien ces derniers mois et l’influencent dans ses procédés de production ». Tout un programme en une vingtaine de titres abstraits qui pourront très bien palier l’annulation du Terraforma Festival cet été.