Âmes électroniques sensibles, s’abstenir. Ben Frost est de retour, et pas forcément pour adoucir nos oreilles de gentilles ballades. Dès les premières notes du titre Threshold of Faith, le ton est donné : nous sommes ici dans une frange expérimentale bien assumée, nourrie à la musique électroacoustique.

L’australien basé en Islande explore dans son nouvel album une toundra très politique, sorte d’expérience de guerre où le potentiel revendicateur des synthés trouve son point d’impact dans les titres des morceaux : « Trauma Theory », « All That You Love Will Be Eviscerated », « A Single Hellfire Missile Costs $100,000 ».

Le titre de l’album, The Center Cannot Hold, laisse lui-même le goût fataliste d’un état pré-apocalyptique du monde. Enregistré à Chicago avec Steve Albini, on peut difficilement ne pas y voir un écho à l’actuelle l’Amérique – Mute, le label de Frost, a d’ailleurs décrit l’album comme se faisant « le témoin d’un événement ». On vous laisse juger de ce témoignage avec l’ambiance glacée de Trauma Theory, l’une des plus belles prouesses de ces dix titres.