Si vous avez déjà croisé la route d’Anthony Naples, c’est certainement au détour de son magnifique premier album Body Pill sur son label Proibito, sur lequel il sort aussi du Huerco S et du DJ Python, ou encore sur ce mix dont on vous avez conté les douceurs. Le producteur new-yorkais est un précurseur de la house lo-fi et downtempo. Ses productions sont rares mais exceptionnelles tant il manie la mélodie avec une sensibilité perçante. C’est donc les yeux fermés qu’on s’est dirigé en direction de son nouvel et deuxième album, Take me with you, sorti en novembre dernier.

Anthony Naples manie les pistes en douceur, avec précaution et légèreté. Le premier morceau Alto nous plonge dans une nappe qui s’amplifie crescendo, balayant d’un trait les mauvaises ondes alentours. Les arrangements de Naples sont fluides, positifs, ils élèvent l’âme au dessus de son état habituel. La suite reste dans le ton ambient, le kick est peu présent, presque maladroitement imbriqué sur la fin de Goodness, comme si l’élan était trop fort pour ne pas s’en empêcher. Or le plaisir est dans la nappe, et c’est là que Take me With You jouera son rôle.

Anthony Naples alterne entre balade romantique et dub énergique, ainsi après le très smooth Drifter on se voit projetés dans une Spiral de bleep, pour ensuite replonger dans un Tango romantique et humide. La chaleur tropicale est à son comble avec 365 et ne quittera plus jamais vraiment l’atmosphère. Cet album devient peu à peu un objet méditatif où, les yeux fermés, on se met à rêver de sources chaudes et de rhododendrons en fleur. Après avoir passé El Portal Pt II., un cycle plus profond se met en route, où le mystique remplace le réel, sur les deux titres de clôture Things Will Never B Tha Same et Take Me With You.

On sent le va et vient des émotions, comme une danse séductrice de l’âme qui tâtonne, attirée par un parfum moite qui le guide et l’envenime, recadrée par le contrôle du rythme et de l’action. Cet album médite sur ce qu’il y a de plus chaud et d’intangible, faisant durer le plaisir dans une boucle de bien être sans réel début ni fin. Anthony Naples réussit ici une belle prouesse, celle de détourner le temps.

L’album est disponible en cassette sur Good Morning Tapes et en version digitale sur Bandcamp.