Pour ceux que le cinéma attire, voici un exemple de parcours aussi tortueux que courageux pour se faire une place dans le septième art, celui d’Ambroise Carminati et Andréa Vistoli.

L’histoire commence en 2007 sur les bancs de l’école de cinéma EICAR, quand Ambroise et Andréa, deux jeunes aspirants cinéastes, s’associent pour les besoins d’un film. Le premier est réalisateur, le second chef opérateur et la collaboration se poursuit jusqu’à une première concrétisation en 2009 avec la vidéo : « Le jour du permis, merci Facebook », qui expose les dérives des réseaux sociaux, suivie en 2013 de « Mon frère et moi, merci Facebook 2 ». Ils débutent ensuite la réalisation d’une websérie rapidement remarquée : « C’est marrant la vie », où le spectateur suit un jeune homme lui-même spectateur de sa propre vie.

Peu à peu, Ambroise et Andréa souhaitent plus de contrôle sur leurs créations. Une première grande étape de professionnalisation se franchit le jour où ils décident de monter ensemble la boîte de production « ET BIM » en 2011, qui leur permet de posséder leurs oeuvres et ainsi d’assurer leur indépendance. Ils s’attaquent la même année à un premier long métrage novateur : la Règle du Jeu – clin d’oeil volontaire à Jean Renoir – un huis clos tourné en une nuit, où dix comédiens et comédiennes se livrent à un exercice de questions/réponses qui illustre le rapport de l’individu au groupe. Aucun dialogue n’est écrit, seul le fil conducteur est précisé avant le tournage : un simple jeu de la vérité entre collègues de travail. Et le jeu s’avère risqué. Malgré un réalisme absolument unique au cinéma, le film ne trouve pas preneur, même si le duo n’abandonne pas l’espoir de le voir un jour sur grand écran.

Mais la réalisation se révèle limitée quand le budget l’est aussi, Ambroise et Andréa lancent donc en 2014 une levée de fonds qui leur permet de se consacrer uniquement à la création et donne une seconde impulsion à leurs projets. C’est ainsi que naît « Marius », un podcasteur perdant contrôle sur son univers habituel, puis « Darfimbabwour », une vidéo incisive sur le monde d’aujourd’hui, plus de 400 000 fois visionnée. A la suite de cette dernière, Médecins Sans Frontières les contacte pour concevoir trois spots percutants sur le paludisme et le coût des vaccins. Dans le même esprit dénonciateur suivra la série « Johnny Hunter » qui aborde la gestion européenne des flux migratoires et gagnera un prix de la meilleure websérie.

En 2015, ils s’associent aux comédiens Jules Dousset, Bastien Ughetto et Mehdi Ortelsberg pour produire, écrire et jouer dans « Cocovoit », une série de sketchs cocasses imaginés à bord d’un covoiturage et qui esquissent parfaitement la vie des jeunes aujourd’hui. Trois mois après la première diffusion internet, la chaîne Comédie + les contacte et signe avec eux un contrat débuté en janvier 2017. Pour « Cocovoit », les auteurs et comédiens ont rivalisé d’ingéniosité, de professionnalisme et d’un humour neuf dont le résultat a de quoi rendre fière la génération des trentenaires.

Et bim

2017 sera donc une année phare pour « ET BIM », puisque quelques semaines avant ce succès Ambroise et Andréa découvrent par un ami le cinéma parisien Saint-André des Arts, l’un des derniers à diffuser des films d’auteur. La Règle du Jeu, dont ils désespéraient de voir un jour la diffusion « officielle », est ainsi sélectionné pour faire partie du « Cycle Découvertes du Saint-André des Arts » consacré à la révélation de talents. Cinq ans après la folle nuit de tournage, le long-métrage tant désiré est donc à l’affiche de janvier à mars 2017 et permet au film d’être officiellement reconnu et à l’équipe de voir de nombreuses portes s’ouvrirent à eux.

En alliant méthodes nouvelles et à l’ancienne, Ambroise Carminati et Andréa Vistoli ont donc réalisé un chemin admirable qui, ajouté à leur passion conquérante, promet au sympathique duo un bel avenir. Jan Kounen, Claude Sautet, Woody Allen, South Park ou la bande-dessinée, les sources d’inspiration sont multiples et puissantes mais la volonté de créer encore plus. Ils aimeraient par exemple creuser le concept de nouveau média ou d’écriture interactive pour développer une autre forme de rédaction et remettre le processus créatif au centre de leur travail. Avec bien sûr toujours le même cap : tirer l’humanité vers le haut.

Et Bim

Retrouvez La Règle du Jeu en séances chaque samedi à 11h au cinéma Saint-André des Arts.
Retrouverz aussi Et Bim sur leur page Facebook.